>>

À propos de nous

La plupart des supermarchés IGA cachent une histoire de famille.

IGA, c’est plus de 130 ans d’histoire

De pères en fils et de mères en filles, les générations se sont succédé à la tête de grandes épiceries du Québec. La clé de ce succès? La force du regroupement.

IGA (Independent Grocers Alliance) constitue le plus important regroupement d’épiciers indépendants au Canada. Au Québec, les origines d’IGA remontent à 1953, mais tout a commencé en 1873 lorsqu’une épicerie de fruits et légumes voit le jour sur la rue St-Paul à Montréal.

L’époque Hudon & Orsali

C’est en 1873 que Firmin Hudon ouvre les portes de sa première épicerie. Un an plus tard, il fusionne son entreprise avec celle d’un grossiste en épicerie et importateur de vins et spiritueux, Alexandre Orsali.

Le 1er juin 1953, Hudon & Orsali obtient d’IGA Chicago l’exclusivité de la bannière IGA pour plusieurs régions du Québec. Cette association arrive à un moment où les épiciers indépendants ressentent le besoin de se regrouper afin de consolider leur pouvoir d’achat et de mise en marché face à l’arrivée des grandes chaînes corporatives. IGA devient alors le seul regroupement volontaire. En novembre 1953, IGA compte déjà plus de 50 épiciers sous sa bannière.

L’arrivée de Frank Juno et de Shop & Save

En août 1955, M. Frank Juno achète Hudon & Orsali et devient président de l’entreprise. En 1957, il met sur pied « Shop & Save Limited », une division de vente au détail de Hudon & Orsali. L’entreprise exploite alors 60 supermarchés sous les bannières « IGA Shop & Save ».

C’est en 1967 que l’on inaugure le centre de distribution Hudon & Orsali (Shop & Save) dans le parc industriel de Montréal-Nord, sur le boulevard Albert-Hudon, nommé ainsi en l’honneur de la famille fondatrice.

Oshawa Wholesale Limited

En 1969, Oshawa Wholesale Limited achète Hudon & Orsali et devient Le Groupe Oshawa.

Les années 70, difficiles pour les épiciers indépendants

La guerre des prix déclenchée par les grandes chaînes d’alimentation mène les épiciers indépendants à une impasse. En guise de riposte, Hudon & Orsali met sur pied les premiers magasins d’alimentation à grande surface dont la première préoccupation est d’offrir des services hautement professionnels.

Hudon et Deaudelin Ltée, une nouvelle ère

Le 24 mai 1974, Hudon & Orsali fait l’acquisition de son voisin E. Deaudelin. L’année suivante, afin de respecter les origines québécoises de l’entreprise, le Groupe Oshawa change la raison sociale de Hudon & Orsali pour Hudon et Deaudelin Ltée.

Un vent de nouveauté

En 1975, le besoin de rationaliser les activités d’exploitation de détail se fait sentir. Hudon et Deaudelin décide de fusionner deux de ses bannières : IGA et BONIPRIX. En 1977, M. Jean-Guy Deaudelin est nommé président-directeur général de Hudon et Deaudelin.

La même année, l’entreprise relance le regroupement IGA et crée la bannière IGA BONIPRIX. Le nouveau logo d’IGA BONIPRIX, rouge et blanc sur fond bleu, voit le jour.

La voie du succès pour IGA BONIPRIX

Afin d’augmenter la part de marché du regroupement et de maintenir sa compétitivité, IGA BONIPRIX lance le programme « Supervente » et introduit la circulaire avec photos en couleur, ce qui remporte un succès instantané. La nouvelle stratégie d’IGA porte fruit : les épiciers indépendants IGA deviennent totalement concurrentiels par rapport aux grandes chaînes corporatives.

En 1978, on forme le premier comité consultatif IGA afin de développer une relation harmonieuse entre Hudon et Deaudelin et les épiciers IGA. Quelques mois plus tard, on ouvre le centre de distribution Boni-Soir spécialisé dans l’approvisionnement des dépanneurs et épiceries de quartier. La nouvelle bannière Boni-Soir fait son apparition.

En janvier 1981, l’ancien directeur de Boni-Soir, M. Pierre Croteau, est nommé président-directeur général de Hudon et Deaudelin Ltée. Plus que jamais, l’entreprise est axée sur la croissance des activités de vente au détail et sur la relation harmonieuse entre épiciers et grossiste. Cette philosophie remodelée mènera IGA sur la voie du succès…

En 1982, après la faillite de la Fédération des magasins Coop, Hudon et Deaudelin offre aux coopératives alimentaires de devenir membres à part entière de la bannière IGA BONIPRIX, tout en conservant leur identité coopérative.

En 1989, Hudon et Deaudelin inaugure la division de Québec en implantant la bannière IGA BONIPRIX dans la région et en y érigeant un nouveau centre de distribution. La même année, elle fait l’acquisition du grossiste NOVAGRO de Saint-Jérôme.

Une nouvelle image pour IGA

La fin des années 1980 signe la nouvelle identité d’IGA. Le nom BONIPRIX est retiré et le logo IGA est modernisé afin de symboliser un réseau orienté vers l’avenir; c’est le logo tel qu’on le connaît aujourd’hui.

En 1988, Steinberg vend ses actifs québécois à ses concurrents, dont IGA. Quatre ans plus tard, le démantèlement de Steinberg profite à Hudon et Deaudelin qui acquiert alors 23 magasins franchisés du grand Montréal, sept marchands indépendants affiliés, quatre centres de distribution dans quatre régions du Québec (Anjou, Gaspé, Îles-de-la-Madeleine et Rimouski) et sept libres-services Aligro. L’heure est à l’expansion pour IGA.

Sobeys entre en scène

La chaîne Sobeys de la Nouvelle-Écosse acquiert le Groupe Oshawa et, par le fait même, l’ex-grossiste Hudon et Deaudelin. Malgré cette acquisition importante, la position du grossiste québécois demeure cependant claire : au Québec, la bannière IGA est là pour rester.

Au début du nouveau millénaire, la bannière IGA extra voit le jour. Celle-ci offre à ses clients un environnement boutique, une variété de produits et un service à la clientèle hors pair dans des supermarchés de plus grande superficie que les magasins IGA. L’apparition de la bannière IGA extra au Québec permet à Sobeys de hausser la barre de l’expérience client dans un supermarché.

Sobeys devient un chef de file canadien de la vente au détail et de la distribution de produits alimentaires présents à l'échelle nationale.